Cuisine Recettes

Le régime Paléo : Principe et bienfaits

Le régime Paléo est devenu depuis maintenant plusieurs années un sujet qui est sur toutes les lèvres. En fait, Paléo fait référence à Paléolithique ; la plus longue période de la Préhistoire. Parler de régime Paléo revient maintenant à faire allusion à ce que nos très lointains ancêtres mangeaient. En termes clairs, adopter le régime paléo, c’est revenir à l’alimentation de nos ancêtres, cette alimentation-là qui a précédé l’ère industrielle. Mais pourquoi faut-il adopter ce régime pourtant très ancien ? Quels sont les principes du régime Paléo et quels sont ses bienfaits ? Le régime Paléo présent-il des inconvénients ? Retrouvez la réponse à toutes ces différentes interrogations dans les lignes qui suivront…

Généralité

Le Dr S. Boyd Eaton (Université Emory, Atlanta, Géorgie) a publié en 1985 un article dans lequel il émet l’hypothèse selon laquelle l’alimentation idéale pour la ligne et la santé serait celle de nos ancêtres qui ont vécu à l’ère de l’âge de la pierre taillée. L’anthropologue médical affirme dans son article que « La fréquence des mutations spontanées de l’ADN du noyau cellulaire est de l’ordre de 0,5 % par million d’années. Nos gènes (poursuit-il) sont donc très proches de ceux de nos ancêtres du Paléolithique, il y a 40 000 ans. Ce qui a changé, c’est notre alimentation, avec l’avènement de l’agriculture il y a 10 000 ans, et surtout la révolution industrielle. Nous ne sommes plus adaptés génétiquement au mode alimentaire actuel. L’alimentation paléolithique ou préagricole peut donc être considérée comme un modèle pour la nutrition moderne. »
On voit clairement à travers cette argumentation que le retour au régime Paléo que plaide le médecin spécialisé en nutrition ne vient pas de son imagination. C’est, au contraire, le fruit de plusieurs années de recherches scientifiques mêlant paléontologie humaine et nutrition.

Principes du régime Paléo

Comme vous pouvez être tenté de le croire, revenir aux habitudes de nos ancêtres du Paléolithique ne veut pas dire reprendre la route de la chasse. Loin de là… Il suffit, pour y arriver, de choisir une alimentation qui se rapproche le plus possible de ce que mangeaient ces ancêtres. Pour être plus clair, nous pouvons résumer le principe du régime Paléo à cette maxime : « Si un homme de l’âge de la pierre taillée ne mangeait pas, eh bien tu n’auras autre choix que de t’abstenir ». De même, tout aliment qui n’existait pas au temps des hommes préhistoriques ne doit pas non plus figurer sur votre table de cuisine, pire dans votre estomac. Bye-bye donc aux céréales, légumes secs, pâtes, laitages, sucre, sel… qui sont des aliments apparus au néolithique, au moment de la révolution agricole. En ce qui concerne les huiles, il faut dire que la question est très débattue. Au moment où certains sont pour, d’autres par contre affirment qu’elles n’ont pas leur place dans le régime Paléo au sens strict puisqu’il s’agit d’aliments transformés. Ils conseillent à cet effet la consommation des oléagineux ; c’est-à-dire « olives » par exemple plutôt qu' »huile d’olive », etc.

Régime Paléo : les aliments conseillés

Les aliments à consommer lorsque vous adoptez le régime Paléo sont :

  • De la viande maigre ;
  • Du poisson ;
  • Des fruits de mer ;
  • Des œufs ;
  • Des fruits et légumes pauvres en amidon ;
  • Des huiles végétales non transformées ;
  • Des graines et noix.

D’autres aliments tels que les avocats, les fruits séchés, les huiles pressées à froid, le thé et le café, les boissons alcoolisées… sont également autorisés, mais contrairement aux aliments de la liste ci-dessus, ils doivent être consommés avec modération.

Les aliments à exclure…

Pour suivre le régime Paléo, vous devez coûte que coûte supprimer de votre alimentation les aliments ci-après :

  • Toutes les céréales et légumineuses ;
  • Les produits laitiers ;
  • Les tubercules (igname, manioc, pomme de terre) ;
  • Les produits sucrés et les produits transformés ;
  • Les boissons gazeuses ;
  • Les aliments trop salés ;
  • Les viandes grasses ;
  • Les conserves ;
  • Les légumes riches en amidon ;
  • Etc.

Les bienfaits du régime Paléo

La majeure partie des internautes qui effectuent des recherches sur le régime Paléo le font afin de trouver une solution à leur surpoids. Ils ignorent ce faisant que ce type de régime est différent des régimes minceurs traditionnels et que son but n’est pas que la perte du poids. Voici ce qu’il faut retenir des bienfaits du régime Paléo.

Perdre du poids naturellement

L’alimentation moderne (ou industrielle), riche en glucides (pâtes, pommes de terre, pizzas, produits sucrés et laitiers, etc.), provoque chez le consommateur une accumulation de graisses dans le foie et dans les muscles. Ce qui, malheureusement, favorise la résistance à l’insuline, le diabète et bien sûr le surpoids.
L’alimentation des hommes de la Préhistoire par contre garantit au consommateur un poids optimal. Agissant naturellement, il vous libère de votre surpoids sans même que vous ne vous sentiez affamé ou fassiez trop d’efforts. Une étude scientifique récente a d’ailleurs montré que suivre le régime Paléo pendant plus de 60 jours suffit à soulager votre foie de sa charge en graisses, tout en vous faisant maigrir et en améliorant considérablement votre état de santé général.
En réalité, la perte du poids lorsque vous adoptez le régime Paléo est due à la suppression de vos habitudes alimentaires des féculents et des aliments transformés. La présence importante de protéines issues des viandes maigres et de fibres issues des végétaux comble votre satiété. Les besoins de l’organisme en fibres (pour favoriser une bonne digestion et un bon transit intestinal) sont couverts, en ce qui les concerne, par l’importante quantité de fruits et légumes consommés.

Prévenir les maladies du syndrome métabolique et insulinorésistance

Chez un sujet obèse, on observe ce qu’on appelle « le phénomène d’insensibilisation ». Encore appelé « période d’insulinorésistance », il se manifeste par le fait que le pancréas continue à sécréter de l’insuline, mais sans que celle-ci fasse plus autant d’effet sur ces récepteurs. En termes clairs, malgré l’insuline, le glucose ne pénètre plus autant dans les cellules. Ces dernières deviennent donc sous-alimentées et le glucose s’accumule dans la circulation sanguine et lymphatique (augmentation de la glycémie). Cette augmentation stimule à son tour une hypersécrétion de l’insuline du pancréas. Au bout d’un certain nombre d’années, les cellules pancréatiques se retrouvent sans plus aucune force. Une intolérance au glucose se manifeste, puis un diabète de type 2 s’installe.
Au nombre des autres maladies liées au syndrome métabolique, on compte l’hypertension artérielle, les maladies cardiovasculaires, les dyslipidémies, les cancers du sein, de la prostate et du colon. Mais comment le régime Paléo parvient-il à prévenir ces nombreux maux ?
Le régime paléolithique comme vous le savez interdit la consommation des glucides et encourage celle des protéines, fibres alimentaires et acides gras Oméga-3. Ce qui permet de rétablir la sensibilité à l’insuline et d’en réduire le taux dans le sang.

Prévenir les maladies cardiovasculaires

D’abord, cherchons à savoir ce qu’est le cholestérol. Il s’agit d’une substance grasse présente dans les tissus et les liquides de l’organisme, apportée par l’alimentation (principalement les aliments d’origine animale) et synthétisée par le foie. Le cholestérol, il y en a du bon (HDL-cholestérol) et du mauvais (LDL-cholestérol). Le mauvais favorise l’obstruction des artères, tandis que le bon, lui, joue par contre un rôle d’épurateur, c’est-à-dire qu’il débarrasse les artères des dépôts lipidiques de mauvaise qualité.
Le régime Paléo, étant reconnu pour son apport limité en glucide (sucres raffinés, céréales et féculents), favorise l’augmentation du taux de HDL. Les molécules LDL deviennent alors moins denses ; ce qui limite donc considérablement les risques de maladies cardiovasculaires.

Prévenir les maladies auto-immunes

Les maladies auto-immunes sont provoquées par une hyperactivité du système immunitaire à l’encontre de substances ou de tissus qui sont normalement présents dans l’organisme. Ces maladies varient en fonction du tissu ou de l’organe touché. En effet, on parlera de diabète de type 1 lorsque c’est le pancréas qui est touché. Au cas où ce serait les tissus nerveux, il se développera des maladies de type sclérose en plaques ou des maladies neurologiques. Entre autres maladies auto-immunes, nous avons : lupus, thyroïdites auto-immunes, polyarthrite rhumatoïde, spondylarthrite ankylosante, syndrome de Goujerot-Sjögren, maladie de Crohn, etc.
Toutes les maladies sus-citées sont chroniques, c’est-à-dire qu’une fois que vous les contractez, elles évoluent lentement et durent toute votre vie. Même si leurs origines demeurent jusqu’à ce jour un mystère, on considère certaines d’entre elles comme des maladies d’abondances : un lien plus ou moins rapproché est avéré entre l’arthrite et l’obésité. L’Organisation Mondiale de la Santé a déclaré dans une étude que l’arthrite est beaucoup plus fréquente dans les pays développés. Elle serait la conséquence d’un environnement non favorable combiné à une alimentation moderne industrialisée. Lorsqu’il s’y ajoute certains facteurs aggravants tels que le stress, alors toutes les conditions auraient été ainsi réunies pour développer une maladie auto-immune.
Le régime Paléo permet de diminuer (voire faire disparaître définitivement) les symptômes liés à votre maladie auto-immune. Mais avant d’en arriver là, vous devez modérer votre consommation d’œufs, de solanacées (tomates, poivrons, aubergines, piments, etc.), de toutes les noix et les graines (y compris les meilleurs choix tels que les noix de cajou, les noisettes ou les noix de macadamia). Privilégiez plutôt la consommation de poissons gras (3 portions / semaines), d’abats (4 fois / semaine des abats tels que le foie, le cœur, les rognons et autres) et de légumes à tous les repas.

Maintenir une forme physique impeccable

L’adoption du régime Paléo ajoutée à une alimentation saine n’est que bénéfique pour votre santé. Les effets sont d’ailleurs instantanés :

  • Excellente qualité de sommeil ;
  • Amélioration de vos performances sportives ;
  • Belle peau ;
  • Dents en parfaite santé ;
  • Sensation de bien-être ;
  • Etc.

Combien de temps dure le régime Paléo ?

En principe, ce type de régime doit durer toute une vie. Car ses effets positifs ne sont visibles que lorsqu’il est suivi. Dès lors que vous interrompez le régime, une reprise de poids peut se constater. Cela se comprend du fait que l’arrêt du régime va avec la réintroduction des produits sucrés et industriels. D’où la nécessité d’adopter ce mode d’alimentation à très long terme. Toutefois, au cas où vous trouveriez le régime contraignant et possiblement frustrant, vous pouvez l’interrompre. Mais vous devez veiller à conserver une alimentation à dominante végétale et riche en protéines maigres de qualité.

Régime Paléo : dangers et précautions

Comme vous l’aurez sans doute deviné, s’astreindre à un tel régime n’est pas sans danger. D’où la nécessité de prendre quelques précautions pour éviter certains désagréments.

Effet yo-yo et excès

Le régime Paléo, vous n’êtes plus sans le savoir, interdit un nombre important d’aliments et entraîne aussi une perte considérable de poids dès les premières semaines. Cet état de choses peut générer un effet yo-yo. Soyez donc allègre, et pensez à bien dégraisser vos viandes.

Carences et excès

Il est vrai que le régime Paléo est connu de tous comme étant un mode d’alimentation épargnant des traques de calories accumulées au fil des repas. Toutefois, il reste très important de surveiller votre taux de calcium et les éventuels manques en vitamine D. Pensez à remplacer les produits laitiers riches en calcium par d’autres aliments sources de calcium tels que les poissons et certains légumes (cresson, brocoli). Les personnes souffrantes de carences en vitamine D peuvent, à défaut de faire le plein de soleil, opter pour un complément alimentaire. Il faut également essayer de manger des viandes moins grasses afin d’éviter les mauvaises graisses.

Le régime Paléo comme style de vie

Pour bénéficier de tous les bienfaits sus-cités, il faut, en plus d’une adoption du régime à vie, éviter les sources de pollution, faire du sport et supprimer les causes de stress. Cela ne peut pas être présenté comme un danger, mais peut quand même paraître contraignant, voire même frustrant. Étant un régime qui exige un engagement sur le long terme, il faut de ce fait être certain d’être capable de mener la danse avant de s’y mettre.

Le régime Paléo : un régime controversé ?

Bien que populaire, le régime Paléo ne fait pas l’unanimité dans le rang des scientifiques. Comme il a été dit plus haut, il présente potentiellement des risques de carences en vitamine D et en calcium. Ce qui, selon les scientifiques, va à l’encontre des nombreuses recommandations nutritionnelles. « Une alimentation axée essentiellement sur les protéines animales ne saurait répondre à tous les besoins nutritionnels de l’organisme », soutiennent-ils. De plus, toujours selon ces scientifiques, cette consommation excessive de viandes pourrait causer des maladies que ce régime est supposé prévenir (maladies cardiovasculaires, hypertension, diabète de type 2, etc.).

Notre avis sur le sujet

Le régime Paléo, si on peut le dire, suppose un changement radical de nos habitudes alimentaires. Pour l’entreprendre, il faut de ce fait être motivé et être prêt à le suivre toute sa vie. La perte du poids, comme le pensent nombre de personnes, n’est pas l’objectif principal visé par le régime. Ce n’est en réalité qu’une conséquence à court terme de votre changement de mode d’alimentation. Les personnes souffrantes de maladies chroniques métaboliques ou inflammatoires sont celles à qui le régime est le plus conseillé. Pour mieux en tirer profit, mettez surtout l’accent sur une augmentation massive des végétaux.

Nous voilà au terme de cet article. Pour vos questions, recommandations ou apports, veuillez bien vouloir nous les faire parvenir dans les commentaires. 😉

Montre plus

Géraldine

Je suis la Gourmandise réincarnée ! J'adore cuisiner, et je peux passer tout une samedi ou dimanche à réaliser des délices !

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close